Affichages : 2133

      


  Promenade dans la nature et risques

 Lieu privilégié de détente et de promenade, la forêt chantée par les poètes et source d’inspiration des peintres, grouille d’une vie animale qui, si elle est silencieuse souvent, n’est pas toujours inoffensive.

Du simple désagrément passager provoqué par une piqûre d’insecte au danger beaucoup plus grave que peut encourir l’homme au contact de certains animaux, l’éventail des risques n’est pas négligeable.

Tiques et fièvre :

Si d’aventure vous subissez l’assaut d’une bestiole que nous appellerons « tique », sous forme d’une pustule un peu rouge accompagnée d’agaçantes démangeaisons, dans la majorité des cas, il n’y paraîtra plus quelques heures plus tard.

Cependant, vous pouvez également être pris d’un accès de fièvre qui durera une quinzaine de jours accompagné de violents maux de tête, ou encore, mais plus rare, une paralysie par tique peut s’installer…Si dans le premier cas le prise d’antibiotique règlera la fièvre boutonneuse, dans le second cas elle sera guérie par l’enlèvement du telson de la tique (dernier anneau de l’abdomen) resté fiché dans votre peau après avoir arraché l’intruse.

 Renard et rage – Lièvre et tularémie :

Un renard roux qui ne se sauve pas lorsqu’il vous aperçoit, est un fait inhabituel qui doit vous paraître suspect, cet animal est certainement malade. De même si vous rencontrez un lièvre qui n’essaie pas de fuir c’est qu’il est mal en point…ne touchez surtout pas ces animaux.

 Baies sauvages et taenia échinocoque :

La cueillette de fruits et végétaux sauvages (baies, pissenlits, champignons) est souvent agrémentée de la consommation sur place de certains d’entre eux (mûres, myrtilles).

 Cet excès de gourmandise peut vous conduire à quelques désordres intestinaux. Mais cette pratique devrait être proscrite car il peut arriver que les plantes qui se situent au ras du sol aient été souillées par les déjections d’un animal « parasité » le petit taenia échinocoque (vers solitaire).

Le promeneur peut éventuellement être la victime de la contamination : une augmentation du volume de son foie compliquée bientôt d’une jaunisse grave qui peut apparaître au bout de plusieurs années.

 Une prévention indispensable :

On peut résumer en quelques lignes les mesures nécessaires à la prévention :

 Ne pas recueillir pour les soigner les animaux sauvages, éviter cueillette et consommation de fruits sauvages sur place, en cas de morsure par un animal suspect : laver la plaie à l’eau et au savon puis désinfection (alcool, Dakin…) consulter un centre antirabique le plus tôt possible.